Romain Lebreuilly

TITRE UNIVERSITAIRE
Maître de Conférences
COORDONNÉES
romain.lebreuilly@univ-lorraine.fr

Bureau J226

Présentation

Maître de Conférence.

Psychologie des Interactions. Psychologue. Expert Judiciaire.

Curriculum vitae
  • Parcours Professionnel

    •  Titre de Psychologue (2006) sur stage professionnalisant de 500h dans l’association  Vis-à-Vis à Ifs (14)
    •  ATER (2008-2009 et 2009-2010) à temps plein en psychologie sociale

     Formation universitaire

    • 2010 Doctorat de Psychologie (05/07/2010)

    Université : Caen Basse-Normandie (UCBN), Laboratoire CERReV, EA 3918

    Titre : Psychologie politique et démocratie : construction d’échelles de démocratisme

    Directeur : Professeur Alexandre DORNA

    Jury : Professeurs Bernard CADET, Benjamin MATALON, Nicolas ROUSSIAU

    Mention : Très honorable

    • 2005 Master 2 Recherche en Psychologie clinique et sociale, option « violence, traumatisme et société »

    Université : Caen Basse-Normandie (UCBN), UFR de psychologie

    Titre du mémoire : Construction d’une échelle de démocratisme

    Directeur : Professeur Alexandre DORNA

    Mention : Bien

    • 2004 Maitrise de Psychologie sociale

    Université : Caen Basse-Normandie (UCBN), UFR de psychologie.

    Titre du mémoire : Norme de consistance, persuasion et rationalisation.

    Directeur : Maître de conférences Cécile SENEMEAUD

    Mention : Bien

    • 2003 Licence de psychologie

    Université : Caen Basse-Normandie (UCBN), UFR de psychologie

    Mention : Assez bien

    • 2000 Baccalauréat Scientifique, option Mathématiques, Académie de Caen.

    Formations non-universitaires

    • 2013       –Mise en œuvre de l’expertise psychologique au civil et au pénal
                                Compagnie Nationale des Experts PSYchologues (CNEPSY), Pontoise
        –Le cadre juridique de l’expertise ; Les aspects de l’expertise judiciaire
    Compagnie des Experts, Caen
    •  2012         –Engagements et obligations déontologiques de l’expert
     Compagnie des Experts, Caen

     Sociétés savantes

    • Membre de la Société Française de Psychologie depuis 2013

    • Membre de l’ADRIPS depuis 2005

    • Membre de la Compagnie Nationale des Experts PSYchologues CNEPSY depuis 2013

    • Membre de l’Association pour la Recherche en Psychologie ENVironnementale (ARPENV) depuis 2015.

Thèmes de recherche

Thèmes de recherche :

Mes travaux de recherche portent sur les interactions humaines et s’organisent en trois thèmes principaux. Le premier s’intéresse au concept du démocratisme dans l’interaction sociétale. Le deuxième porte sur les violences morales dans un contexte judiciaire. Le troisième s’organise autour des relations de soins (douleur, bien être et dépression) et de l’analyse de ses facteurs interactionnels, cognitifs et affectifs par des approches qualitatives et quantitatives (entretiens, protocoles thérapeutiques, diagnostics et validation d’échelles). Mon approche méthodologique est l’analyse des interactions communicatives que ce soit dans des contextes naturels d’interactions ou en contexte institutionnel au cours d’entretiens semi-directifs, ou encore par petits groupes.

1. Le Démocratisme en interaction sociétale (travail démarré en thèse) :

S’il est admis aujourd’hui que l’adhésion des peuples aux valeurs démocratiques, ainsi que le soutien au système démocratique, sont les conditions nécessaires pour la consolidation de la gouvernance démocratique (Fuchs, 1999), alors la mesure de cette adhésion devient un enjeu majeur pour tous les systèmes démocratiques et une question fondamentale se pose : comment mesurer cette adhésion ? Nous considérons ici la démocratie comme un objet sociologique et psychologique déterminé par un cadre historique et culturel (Dorna et Georget, 2004). C’est le cadre qui nous autorise à penser que, pour savoir si les peuples soutiennent la démocratie en tant que système d’organisation du collectif, on ne peut pas faire l’impasse de la connaissance de leur idéal de la démocratie. Elaborer une échelle mesurant l’Adhésion envers les Valeurs de la Démocratie Idéale (AVDI) était l’objectif de notre travail. Cependant, la démocratie étant un objet social et psychologique valorisé, il devenait difficile d’établir une échelle mesurant le soutien envers celle-ci sans tomber dans des biais et des conflits de valeur. En faisant travailler les sujets sur des concessions entre bafouer des valeurs de la démocratie idéale et adopter des solutions antidémocratiques pour résoudre des problèmes de sociétés actuels (compétition de valeurs), ou en travaillant sur des idéaux démocratiques et leurs applications pratiques selon leur définition interculturelle, cela permettait en partie de résoudre ces problèmes. Nous nous sommes notamment basés sur une étude interdisciplinaire (philosophie, droit, histoire, sciences politiques) et sur des entretiens semi-directifs afin de construire notre échelle. Ainsi, nous avons construit une échelle, composée de 25 items dont les réponses s’organisent en échelle de Likert conformément à des choix méthodologiques largement admis en psychologie sociale. Cette échelle d’AVDI constitue un outil permettant de discriminer les grands défenseurs des valeurs de la démocratie idéale des conciliateurs. Ses qualités psychométriques ont été évaluées statistiquement et garantissent sa fiabilité et sa validité de construit. L’échelle est tridimensionnelle et reproductible. Sa composition tripartite lui apporte substance et ancrage dans le réel. Elle peut donc, dès maintenant, être utilisée comme un des outils de compréhension des attitudes et comportements démocratiques. (Article publié : Lebreuilly, R., Martin, M. (2014). Création et validation d’une échelle d’adhésion envers les valeurs de la démocratie idéale (AVDI). Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 104, 621-646)

Il me semble intéressant de compléter ce travail par le recueil et la comparaison, en différents temps, des perceptions et des pratiques de la démocratie à l’aide de cette échelle, afin d’observer d’éventuelles variations et de les interpréter comme des états de déviance envers la démocratie (travaux en cours). En effet, ces écarts temporels pourraient ainsi permettre la modélisation des mécanismes d’adhésion envers la démocratie. Mais également d’étudier les comportements antidémocratiques, fascistes, ethnocentriques, extrémistes ou encore de déterminer les prémisses à la radicalisation des comportements dans une société démocratique menacée par le terrorisme et la propagande médiatique anti-gouvernementale. Je cherche actuellement à comprendre en autre, ce qui mène à la haine d’une société et aux comportements extrêmes afin de construire à partir des témoignages recueillis dans des contextes naturels d’interactions, une échelle permettant de diagnostiquer les « candidats » potentiels à la radicalisation (travail en cours).

2. Justice pénale et évaluation des violences morales :

Mes expériences professionnelles de psychologue libéral et d’expert m’ont conduit à m’intéresser à l’analyse des processus psychosociaux des phénomènes de délinquance et de violence. (Deux de mes travaux ont été réalisés en collaboration avec Manuel Tostain et ont été publiés en 2013). Mon approche méthodologique a été l’analyse de l’expression langagière des jugements impliqués dans l’attribution de responsabilité dans le cadre de l’évaluation des violences ordinaires.Ces dernières années ont été marquées par une sensibilité accrue à la violence sociale et cette évolution s’est accompagnée au niveau pénal par une politique plus répressive. Une première recherche avait pour but de confronter les approches interactionnistes et cognitives sur les processus de jugements impliqués dans l’attribution de responsabilité dans le cadre de l’évaluation des violences ordinaires et les analyses socio-juridiques qui mettent en évidence un mouvement en faveur de ce que les juristes appellent l’objectivation pénale. Ce mouvement d’objectivation pénale reflète une augmentation, dans les sociétés contemporaines, notamment française, des valeurs morales axées sur la punition, la rétribution. A cette occasion, on s’interrogeait sur les caractéristiques et la signification de la responsabilité objective des psychologues et de l’objectivation pénale des juristes en posant l’hypothèse que ces deux notions renvoient, dans le contexte sécuritaire actuel, à une volonté répressive accrue à l’égard des auteurs d’actes délictueux (article publié, Tostain, M., Lebreuilly, J., & Lebreuilly, R (2014). Avaliação da violência e dos valores morais. Estudos em Avaliação Educacional. Fundação Carlos Chagas, 56(25), 168-184. (ISSN 0103-6831)).Notre deuxième recherche avait pour objectif d’étudier l’influence des logiques pénales rétributives (faire payer le criminel) et utilitaristes (protéger la société) sur l’acceptation de la rétention de sûreté́ (placement en centre fermé, à l’issue de leurs peines, des criminels jugés dangereux) dans le cas de crimes pédophiles. On utilisait une méthodologie d’interaction communicative par petit groupe de 8 comme dans le cadre des jurés de cour d’assises afin de reproduire une situation de décision de groupe.  Les résultats montrent que la logique utilitariste est prédominante sur le niveau d’acceptation de la rétention de sûreté́. Ces résultats sont mis en perspective avec les recherches de psychologie sociale de la justice qui montrent en général au contraire une prédominance des logiques rétributives et nous abordons les questions sociétales que soulève cette disposition nouvelle (article publié : Tostain, M., Lebreuilly, R. (2013). L’influence des logiques pénales rétributives et utilitaristes sur le niveau d’acceptation de la rétention de sûreté dans les cas de crimes pédophiles. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 98, 237-257)

3.  Facteurs interactionnels, cognitifs et affectifs dans les relations de soins.

1) L’influence de la culture dans l’expression verbale de la douleur 

Douleur et cancer sont des mots et des états souvent associés. Améliorer constamment la compréhension de cette sensation pénible, corporelle et émotionnelle, et affiner son évaluation est un enjeu majeur pour les soignants et pour la prise en charge globale des patients. Nous nous sommes intéressés à examiner le rôle de la culture dans l’expression verbale de la douleur chez des patients français et syriens atteints de leucémie. L’intensité (EVA) et les dimensions sensorielle et affective (QDSA) de leur douleur ont été recueillies. Nous constatons que les descripteurs sensoriels et émotionnels choisis par les Syriens ont un contenu sémantique plus fort que ceux utilisés par les Français. Cette étude a mis en évidence que l’origine culturelle du patient, en modifiant la qualité sémantique de l’expression verbale de la douleur, devait être prise en considération dans les pratiques de soins (article publié : Lebreuilly, R., Sakkour, S., Lebreuilly, J. (2013). L’influence de la culture dans l’expression verbale de la douleur : étude comparative entre des patients cancéreux français et syriens. Bulletin du Cancer, 100, 3, 231-236).

2)  Pensées positives, dépression et interactions communicatives.

Partant d’un constat de forte prévalence de la dépression dans la population étudiante, nous souhaitions mieux comprendre ce phénomène afin de mettre en place des outils diagnostics et thérapeutiques. Selon notre étude, les pensées positives et négatives (PPN) peuvent contribuer à une meilleure prédiction des niveaux de dépression et d’anxiété. Nos recherches confirment l’utilité de la mise en place d’outils basés sur les PPN dans le cadre de la prévention et de la réduction des troubles anxieux et dépressifs dans la population étudiante où les pratiques de soins sont encore peu développées actuellement. (Quatre articles publiés : Alsaleh, M., Lebreuilly, R., Tostain, M. &. Lebreuilly, J. (2017 sous presse) La puissance des Répétitions des Phrases des Pensées Positives (RPPP) : Un outil efficace de traitement contre les troubles psychologiques (dépression, anxiété et stress) : Une étude pilote contrôlée et randomisée.  Annales médico-psychologiques Alsaleh, M., Lebreuilly, R. (2017). Validation française d’un questionnaire court BDI-FS-Fr de dépression de Beck sur une population d’étudiants. Annales médico-psychologiques. Alsaleh, M., Lebreuilly, R., Lebreuilly, J., & Tostain, M. (2016). The relationship between negative and positive cognition and psychopathological states in adults aged 18 to 20. Journal de thérapie comportementale et cognitive. Des mêmes auteurs en 2015 ; Cognitive balance: The state of mind and mental health among French students. Best Practices in Mental Health: An international journal, 11,1.

Et trois articles en deuxième lecture : Lebreuilly, R. & Alsaleh, M. Dépression et interactions sociales : Application et Prévention chez des étudiants de première année. Annales médico-psychologiques ; Lebreuilly, R. & Alsaleh, M. Validation française d’un questionnaire de pensées automatiques positives et négatives (ATQ-18-Fr) sur une population d’étudiants. Journal de thérapie comportemental et cognitive ; Lebreuilly, R., Alsaleh, M. Thermomètres de dépistage des pensées positives et negative. Psychologie Francaise.

Mots-clés  :

Interactions, communications, justice, douleur et société.
Publications

Publications dans des revues internationales à comité de lecture

  • Robin, F., Auzou, M., Bonnet, R., Lebreuilly, R.,Isnard, C., Cattoir, V., Guérin, F., (2018). In vitro activity of ceftolozane-tazobactam against Enterobacter cloacae complex clinical isolates with different β-lactam resistance phenotypes. Antimicrobial Agents and Chemotherapy,
    62, 9. IF : 3.34 PubMed.
  • Alsaleh, M., Lebreuilly, R., Tostain, M. &. Lebreuilly, J. (2017) La puissance des Répétitions des Phrases des Pensées Positives (RPPP) : Un outil efficace de traitement contre les troubles psychologiques (dépression, anxiété et stress) : Une étude pilote contrôlée et randomisée. Annales médico-psychologiques. IF : 0.255  PsycINFO/AERES
  • Alsaleh, M., Lebreuilly, R. (2017). Validation de la traduction française d’un questionnaire court de dépression de Beck (BDI-FS-Fr). Annales médico-psychologiques.IF : 0.255  PsycINFO/AERES
  • Alsaleh, M., Lebreuilly, R., Lebreuilly, J., & Tostain, M. (2016). The relationship between negative and positive cognition and psychopathological states in adults aged 18 to 20. Journal de thérapie comportementale et cognitive.  SJR : 0.115  PsycINFO/AERES
  • Alsaleh, M., Lebreuilly, R., Lebreuilly, J., & Tostain, M. (2015). Cognitive balance: The state of mind and mental health among French students. Best Practices in Mental Health: An international journal, 11, 1.   PsycINFO/AERES
  • Lebreuilly, R., & Martin, M. (2014). Création et validation d’une échelle d’adhésion envers les valeurs de la démocratie idéale (AVDI). Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 104, 621-646. PsycINFO/AERES
  • Tostain, M., Lebreuilly, J., & Lebreuilly, R. (2014). Avaliação da violência e dos valores morais. Estudos em Avaliação Educacional. Fundação Carlos Chagas, 56(25), 168-184. (ISSN 0103-6831) Latindex, Edubase.
  • Tostain, M., & Lebreuilly, R. (2013). L’influence des logiques pénales rétributives et utilitaristes sur le niveau d’acceptation de la rétention de sûreté dans les cas de crimes pédophiles. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 98, 237-257. PsycINFO/AERES
  • Lebreuilly, R., Sakkour, S., & Lebreuilly, J. (2013). L’influence de la culture dans l’expression verbale de la douleur : étude comparative entre des patients cancéreux français et syriens. Bulletin du Cancer, 100, 3, 231-236. IF : 0.706  PsycINFO/AERES
Enseignements

Licence 2

UFD 43

EC 2 et EC4 : Justice

UFD 44

EC1 : outils et Méthode

Licence 3

UFD 55

EC 3 : Psychologie et justice.

UFD 61

EC3 psychologie légale

Master 1

ADA SOC2

EC3 Animation professionnel de groupe

Psi CLI 4

EC1 et EC2 Sociologie criminogène, comportements pro et anti-sociaux

© Copyright - Laboratoire InterPsy (EA 4432)